Jour 166 - 北京 (Chine)

Publié le 5 Août 2013

Jour 166 - 北京 (Chine)

Chinoiseries de conscience et de circonstance

Entrevue pendant un mois, la Chine s'est a present immobilisee dans la brume poisseuse et l'agitation etouffante de Pekin. Ici, le "Pays des ventilateurs" decrit par Amelie Nothomb est devenu celui des climatiseurs, du metro bonde et des monuments lisses bombardes par les flashs. Et si les deserts monstrueux et les sublimes montagnes, les sages edentes aux joues creusees par la secheresse, les villages figes dans l'empire ou les rites ancestraux ont bien atteint la capitale, ils ne sont que cartes postales retouchees dans les boutiques pekinoises. Leur saveur est celle du papier glace, glacial, d'un continent etranger et passe. Un territoire englouti dans une modernite a ce point vorace qu'elle ronge un a un ses paradis naturels en meme temps que ses modes de vie les plus traditionnels.

Difficile de s'y retrouver pourtant : les plus pittoresques des vieilles villes disparaissent sous les coups sans pitie des bulldozers, le touriste s'indigne mais l'habitant decouvre le tout-a-l'egout et le chauffage dans un immeuble rectangle et froid. Un de ceux qui poussent comme du ble OGM au milieu d'une verte prairie. Les costumes rituels et les sapes elimees ont ete remplaces par du Luis Vitton ou du Docce et Cabana pas cher ; la foule se rue au Mc Do mais elle mange. Le rickshaw n'est qu'un grand velo electrique ameliore, mais plus personne ne s'evanouit sous la canicule et sur les pedales. Dommage pour la photo, c'est sur.

Un fait encore : la mondialisation s'est abattue a l'est plus sournoise qu'un vent du Taklamakan sur une caravanne de bedouins. Prenez Mao. Mao en affiche, Mao sur les tasses, Mao sur les montres et Mao sur les T-shirt. Messi ne vendra jamais autant de maillots que cette vile idole sanguinaire, ignoble tyran de l'austerite non marchande, devenue - ironie de l'histoire - source intarrissable de dollars.

Un soupcon toujours : la pauvrete deserte les centres des cites mais on la devine partout, derriere cette montagne entouree de sepulture en terre, dans ce faubourg brinquebalant (bientot detruit lui aussi) ou les toits de plastique sont retenus par des pierres. La, encore, entre deux compartiments dans le train, ou les sourires fatigues s'entassent dans la fumee au milieu des paquetages de fortune, seuls biens de ces ouvriers exploites, de ces paysans exiles. De ces retraites sans pension, endoctrines aux rasades de communisme frelate. Les bougres s'en rendent compte aujourd'hui, qu'ils ont ete sacrifies par le Parti. Et c'est trop tard, bien trop tard pour eux.

La Chine s'agite et les places se font rares pour les faibles, les marginaux, les minorites et les tetes qui depassent. Pour l'Autre en fait. Qu'il se le tienne pour dit - et tranquille surtout. Ou qu'il consumme ses dernieres forces loin des medias, au mieux. Mais un fait indeniable, sans doute (et ici ils sont nombreux) : le niveau de vie s'ameliore pour le plus grand nombre... qui est de plus en plus grand. Au moment de le quitter, force est de constater que l'Empire celeste demeure pour nous un mysterieux mirage, souvent decevant, passionnant tout le temps. Un drole de casse-tete chinois.

En Chine, tout est grand. Meme les taupes.

En Chine, tout est grand. Meme les taupes.

Leur Jesus Christ local

Leur Jesus Christ local

L'autre Jesus Christ local

L'autre Jesus Christ local

Tiens, mais qu'est-ce qu'il fout, lui, a pedaler ? Il a pas l'electricite sur son bordel ?

Tiens, mais qu'est-ce qu'il fout, lui, a pedaler ? Il a pas l'electricite sur son bordel ?

Lisez en entier, ca vaut le coup

Lisez en entier, ca vaut le coup

Leurs oiseaux aussi sont mastocs

Leurs oiseaux aussi sont mastocs

Bah ouais, en mode touriste quoi

Bah ouais, en mode touriste quoi

Ou en mode danseuse

Ou en mode danseuse

Sur cette image, un seul etre est vivant. Saurez-vous retrouvez lequel ?

Sur cette image, un seul etre est vivant. Saurez-vous retrouvez lequel ?

Hits from the bong

Hits from the bong

Le Grand Schtroumpf

Le Grand Schtroumpf

Pour cette fois, a notre tour de prendre des photos a la derobe

Pour cette fois, a notre tour de prendre des photos a la derobe

La residence d'ete des empereurs

La residence d'ete des empereurs

Bis

Bis

Pareil

Pareil

Rédigé par Julie et Matthieu

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Comment t'as parlé de Mao toi! Vous allez avoir des problèmes, de gros problèmes!!! Heureusement vos photos sont toujours aussi belles.<br /> Ici aussi très chaud. Ce soir (vendredi 9/8) dernier match de préparation du RCT contre Gloucester...<br /> Bises
Répondre
J
Ouais mais on decolle ce soir, alors pa ni problem!!! Bon match mon loulou! Embrasse Mr Le Directeur et bien sur ta chere et tendre!<br /> Pilou Pilou
J
Bon anniv mec. On arrivera peut être à se croiser rapidement sur la chap, je rentre normalement le 17/08. Biz
Répondre
M
Bah c cool ca !
B
Si vous en avez assez de la chaleur alors vous serez bien ici, les nuits sont fraiches...on respire!
Répondre
B
Dolce et Gabbana et non docce et cabanna voyons. Ou alors Duce et Kabana mais là c'est une autre histoire.<br /> des bises
Répondre
M
Si tu savais les conneries qu'on lit sur les T-shirt, t'en croirait pas tes yeux ; ) La biz mon loulou
P
On sent un peu moins d'enthousiasme... Allez, quelques bonnes soirées Première League accompagnées de bières dans un pub pékinois vous feront tenir ces derniers jours toujours un peu difficiles avant le retour. Bises
Répondre
M
Disons qu'apres les vastes prairies du Kirghizistan, on prend un peu dur dans le tumulte chinois. Et il fait une de ces chaleurs...